FFRS - Fédération Française de la Retraite Sportive -L'assurance sport santé des seniors !

MALADIE DE LYME ET AFFECTIONS APPARENTÉES



MALADIE DE LYME ET AFFECTIONS APPARENTÉES
À la FFRS, plus de la moitié des adhérents pratiquent une activité de plein air, surtout en été. Cela présente de nombreux avantages mais peut aussi exposer à certains risques qu’il faut connaître pour les éviter ou les minimiser.

C’est ainsi que nous allons évoquer le risque de la maladie de Lyme ; il faudrait parler en réalité de la borréliose de Lyme, du nom générique des affections dont la première fut décrite vers 1970, aux États-Unis dans le comté de Old Lyme, sous le nom de maladie de Lyme. Ces maladies sont appelées « vectorielles » car l’agent infectieux est transporté par un « vecteur » (le plus souvent une tique) à partir de « réservoir » (souvent des mammifères) ; l’homme étant infecté par « accident » en entrant dans le circuit…

Dans ces affections vectorielles le vecteur tique peut transporter des microbes : bactérie de la famille des Borrellia ou d’autres, mais aussi des virus, voire des parasites : ce qui donne des affections différentes même si la prévention reste très semblable.

Le microbe est une bactérie (type Borrelia)
Le cas typique est la maladie de Lyme (ML), rappelons-le découverte aux États-Unis ; mais il faut préciser que la bactérie américaine est rare en Europe et que la maladie se manifeste différemment de la version américaine… Par « convention », nous appellerons aussi ML la version européenne.

Voici les principaux caractères :
- Répartition géographique : surtout l’Est et le Centre de la France ;
- Habitat des tiques : région boisée, humide ; hautes herbes ; clairière ; mais aussi jardin public, parc, pelouse ; absence officielle au-dessus de 1500 m d’altitude ;
- Taille de la « tique »: entre 0,5 à 5 mm suivant le stade de développement ;
- Réservoir de tique : mammifères petits (campagnol, lièvre, écureuil) ou gros (cervidés), oiseaux, animaux domestiques (chient, chat);
- Localisation des morsures des tiques : partout mais plutôt où la peau est mince : cuir chevelu, aisselle, derrière le genou, derrière les oreilles ; région génitale ; pour les enfants surtout la tête ;
- Sujet exposé à la tique : randonneur, cueilleur, forestier, campeur, cycliste ;
- Période de risque : hors hiver.
- Caractère de la morsure : indolore et pas systématiquement contaminante.

La maladie au début
- Le Placard rouge (appelé « érythème migrant ») est un bon signe, précoce (du troisième au trentième jour environ), mais qu’on ne retrouve que dans 50 % des cas. Ce placard, centré sur le lieu de morsure, a tendance à s’étaler en diamètre, quitte parfois à former une cocarde ;
- parfois des signes bâtards : fatigue, mal de tête, fièvre.
L’évolution peut se bloquer, naturellement, à ce stade ou évoluer vers le stade suivant.

La maladie installée

- Troubles de la peau fréquents (« grosseur » bleu-rouge sur l’oreille des -enfants ou le mamelon chez l’adulte ; rougeur au dos du pied ou de la main) ;
- Troubles articulaires (douleurs) ;
- Troubles neurologiques ;
- Troubles cardiologiques ;
- Troubles des yeux ;
- Troubles psychologiques.

Mais tout symptôme après avoir été piqué par une tique n'est pas systématiquement dû à la morsure de tique.

Le diagnostic
Le diagnostic de la maladie au début se fait sur l’interrogatoire :
- activité de plein air ; + ou - morsure ; + ou - érythème,
- les tests (sanguins) ne sont pas très fiables , ou ceux qui le seraient, seraient très chers.

Le diagnostic de la maladie installée :
- interrogatoire et tests sérologiques : Elisa, Western Blot, plus ou moins des tests très « pointus ».

Traitement de la maladie de Lyme déclarée
Comme il s’agit d’une maladie infectieuse d’origine bactérienne, il est logique de proposer de mettre un traitement antibiotique avec l’un des médicaments classiques en respectant les contre-indications. La durée de prescription reste à définir. Le ministère de la Santé, qui a pris la mesure de cette affection, devrait faire des propositions bientôt pour harmoniser la prise en charge.
Un traitement antibiotique correctement préconisé et suivi n’élimine pas totalement le risque d’évolution de la maladie.

Des traitements « alternatifs » ont pu être proposés avec des résultats plus aléatoires…
Il est à noter que la France n’est - également - pas très en avance sur ce sujet. Pour avoir randonné, depuis des lustres, dans la plupart des pays voisins, on s’étonne de voir la méconnaissance qui règne sur ce sujet, depuis les sphères savantes jusqu’au randonneur de base… d’où la parution d’articles ou affirmations très subjectives, car « la nature a horreur du vide ».

Le microbe est un virus
-Tableau :
Dans ce cas, on peut avoir une méningite ou une méningo-encéphalite.
- Région touchée : quelques cas dans l’Est de la France.
- Maladie au début : mal de tête, fièvre, frissons, raideur de nuque ;
- Maladie installée : confusion, délire, etc.

Le meilleur traitement contre la plupart des affections virales reste la vaccination.
Pour les sujets très exposés (forestier), il existe un vaccin.
Ce vaccin est proposé en Autriche aux étudiants dans les facultés par la médecine préventive !
Le microbe est un parasite

Exemple : babésiose.
Pas de cas connu en France, à notre connaissance.

Traitement
Nous aborderons ici le traitement préventif sur lequel nous insistons doublement :
- d’une part, parce que la prévention est le parent pauvre de la santé en France,
- d’autre part, parce que le rôle du médecin fédéral à la FFRS est essentiellement préventif.

Comme le rôle des tiques est primordial dans la transmission de la maladie en plein air, il est préconisé :
- de porter des habits longs couvrants les bras et les jambes (c’est possible même en été), de teinte plutôt claire (pour mieux repérer les tiques) ; le pantalon rentrant dans la chaussure ;
- le port du chapeau est recommandé (ce n’est pas facile de repérer une tique dans les cheveux et de plus cela protège d’une insolation) ;
- de circuler plutôt sur les chemins, sentiers, layons que dans les fourrés ;
- d’utiliser un répulsif sur l’habit ou la peau (en respectant les contre-indications ) ;
- d’avoir sur soi un «tire-tique » (plus la tique est enlevée tôt, meilleur est le pronostic) ; on se procure ce tire-tique en pharmacie ;
- changer de vêtement avant de reprendre la voiture (souvent la tique mord sur le retour) ;
- au domicile, prendre un bain ou une douche ;
- laver le linge de sortie-randonnée à au moins 60 °C ;
- pratiquer la technique (chère à nos amis les singes) de l’épouillage sur tout le corps (quand c’est possible) ;

En cas de découverte de tique :
- ne pas essayer d’enlever la tique en grattant ; ou directement par les doigts ou les ongles ;
- ne pas brûler la tique, ne pas essayer de l’endormir (par éther ou alcool), ne pas essayer de l’asphyxier (par graisse ou équivalent ) car on craint qu’en souffrant elle ne régurgite davantage ses microbes ;
- utiliser de préférence un tire-tique en tirant et tournant à la fois si on ne fait que tirer, on laisse la tête dans la peau !) ; prendre la tique plutôt par le « flanc », le côté,
- sinon utiliser une pince très fine (et les avis divergent pour savoir si on ne fait que tirer ou tirer-tourner !) ;
- désinfecter ;
- demander un avis ou une consultation à son médecin tout en surveillant la zone piquée.

Le devenir de la tique est rarement évoqué : nous proposons de l’écraser, dans un lavabo, avec un instrument et non à main nue.
En milieu hospitalier, on utilise parfois une mini-scie-cloche pour les tiques rebelles.
À noter que le fait d’avoir été mordu par une tique infestée ne parait pas procurer une immunité = ne paraît pas protéger contre une second morsure !

Conclusion
Il ne faut pas minimiser le risque de la maladie de Lyme (affection qui parait être incluse depuis quelques années comme maladie professionnelle), mais prendre quelques précautions pour pratiquer sereinement une activité complète salutaire au corps et à l’esprit : l’effort physique se joint à la convivialité.

Dr. Michel Jacques, médecin régional Franche-Comté, spécialiste médecine du travail, psychiatrie et médecine du sport


À gauche aspect d’une tique / à droite la tique après morsure
À gauche aspect d’une tique / à droite la tique après morsure

La technique de morsure de la tique
La technique de morsure de la tique

Fédération Française
de la Retraite Sportive

12 rue des Pies - CS 50020
38361 SASSENAGE CEDEX
Tél. : 04-76-53-09-80
Email : accueil@federetraitesportive.fr
Facebook Twitter