FFRS - Fédération Française de la Retraite Sportive -L'assurance sport santé des seniors !

ACTIVITÉ PHYSIQUE ET ALLERGIES SAISONNIÈRES


Le printemps, bientôt l’été, la végétation et les abeilles se réveillent, les allergies aussi. Une allergie doit nous inciter non pas à éviter les activités physiques, mais à nous adapter et à adapter nos pratiques.
Très peu d’activités physiques sont formellement déconseillées aux personnes allergiques, du moins pour celles pratiquées à la FFRS. Au contraire, leurs bienfaits sont prouvés.


Pollens, acariens, aliments, moisissures, squames animaux, hyménoptères, médicaments… ces antigènes déclencheront chez les personnes allergiques des manifestations allant d’un simple prurit à un arrêt cardiaque. En général, les réactions au début sont faibles, mais la répétition des expositions entraîne une aggravation des symptômes.

Les allergies respiratoires concernent 60 % des allergiques 
L’allergie peut se traduire par une rhinite (nez qui coule, nez bouché, éternuements en série), une laryngite, une crise d’asthme. L’activité produit une hyperventilation qui accroît l’exposition aux allergènes aériens et polluants, et les symptômes s’intensifient. La pollution et les modifications climatiques devront être prises en compte.

Quelques conseils, pour que le sport reste un plaisir :
> Bien s’échauffer, afin d’adapter son souffle en douceur.
Privilégiez un échauffement qui contribue à la maîtrise du souffle tout en maintenant la respiration nasale le plus longtemps possible pour éviter l’asthme à l’effort.
> En extérieur, évitez les zones urbaines fortement exposées à la pollution, ainsi que les jours de pics de pollens.
Consultez les sites informant sur la qualité de l’air (ex : Atmo France), demandez à recevoir des alertes. Souhaitez la pluie…
> En intérieur, aérez les lieux lors de la pratique, et préférez les salles non poussiéreuses…
> Évitez les brusques changements de température.
> Tout au long de l’année, informez votre médecin de vos habitudes sportives.
> Respirez autant que possible par le nez. Évitez l’hyperventilation prolongée (activités d’endurance) qui peut déclencher un asthme. Maintenez une bonne capacité respiratoire par des exercices de musculation et d’étirement portant sur la cage thoracique.
 
Les allergies aux hyménoptères (abeilles, guêpes, frelons…) se manifestent souvent par des réactions cardiovasculaires brutales, réclamant un traitement d’urgence (choc anaphylactique). 

Dans tous les cas, il est important d’avoir sur soi les traitements broncho-dilatateurs, antihistaminiques ou corticoïdes prescrits par son médecin traitant ou l’allergologue, et de suivre les consignes données.
En cas de réactions sévères, le sportif aura avec lui une trousse d’urgence, avec ces médicaments et un stylo d’adrénaline injectable, traitement de référence en cas de réaction anaphylactique.
Ayez cette trousse sur vous, pas au vestiaire ou dans la voiture ! Vérifiez les dates de validité et que vous savez utiliser le stylo.
 
Les allergies alimentaires ou cutanées peuvent quelquefois être aggravées par la chaleur et la transpiration. Redoublez d’attention.

Et en conclusion, rappelez-vous : une activité physique adaptée, c’est un risque maîtrisé !

Jean-Claude Roche & Claude Hohn, 
Médecins régionaux en Nouvelle Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes
 
Image par Frauke Riether de Pixabay

Fédération Française
de la Retraite Sportive

12 rue des Pies - CS 50020
38361 SASSENAGE CEDEX
Tél. : 04 76 53 09 80
Contactez-nous